Fasciné par l’art roman et l’architecture médiévale.

Constructions sobres, lignes pures, sculptures archaïques. En fait,

un art primitif avec ses arcs et ses flèches.

Armes que l’on discerne dans les coupoles, et les voûtes, dans les piliers

(de pilum), les contreforts, et les tours, surmontés parfois de pyramidions,

de pinacles, d’épis.

Angles vifs tendus vers le haut tels des stylets, des piques ou des pieux,

pour se défendre mieux  … des assauts du ciel ?

                                                                         (jean vidal)

 

 

 

Les sculptures de Jean Vidal se dressent dans l’espace comme une évocation des tracés

d’anciens parchemins des architectes romans. N’y a-t-il pas aussi comme une résurgence

des structures porteuses des Khaymas des Beni-Mtir, tribu berbère du moyen Atlas marocain ?

C’est en suivant ces chemins du passé, en parcourant ces sentiers, ces labyrinthes de l'âme

 afin d’aller au plus profond de soi avec ce que l’on connaît et qui déjà nous a bâti

que l’on peut trouver dans cette recherche même un abri qui nous protègerait

de ce vide immense des constellations qui fait notre émerveillement et notre effroi.

                                                                                                           (Xavier Krebs)

 

 

Cher Jean,

 Je n'imaginais pas, en acceptant d'écrire quelques lignes sur tes recherches, à quel point l’exercice me serait difficile. Non pas qu'il ne m'inspire que peu de mots, mais bien au contraire que cette « quête » entêtée et silencieuse d'une perspective d'un au-delà ou d'un là-bas perdu, concentrée dans ton atelier et envahissant la maison, le jardin, m'impressionne.

En visionnant à nouveau les images faites cet été en ta compagnie, en me remémorant les mots précis et rares qui ponctuaient les prises de vue, je perçois nettement l'imperturbable nécessité (et volonté) du passage :  ponts, passerelles, antennes. Constructions « improbables » qui nous projettent, nous traversent d'un désir à l'autre, d'un souvenir à l'autre, d'une image à l'autre. Car il s'agit bien pour moi d'espaces de l'esprit  que ces structures, fines, sobres et élancées, nous invitent à franchir dans leur indéniable présence et leur singulière fragilité.

L'accumulation des pièces, petites ou grandes, tendues, verticales, prêtes à émettre leur persistant signal ou, suspendues, tracées comme des lignes haut perchées pour accéder, horizontales à l'autre bout de… suscite un léger vertige devant tant de combinaisons possibles du passage et de la transmission.

Ces traversées métalliques, couvertes, ajourées, colorées, radicales mais aimables au regard lointain, dessinent, dans leur rassemblement et leur concentration, cette utopique cité où nous pourrions sans cesse nous re-joindre.

 J'oublie de considérer les objets récupérés qui constituent la base de tes constructions. Ils ne donnent que plus de justesse poétique à ces sculptures – appelons-les aussi de cette façon – tout comme ils soulignent la radicalité d'un geste artistique qui tend à l'essentiel du désir et du souvenir.

Demeure en moi cette sensation que j'ai à peine entamé la traversée …

Merci.   Bien à toi.

                                Brigit

 À Mancioux, le 22 décembre 2013                         (Brigit Bosch)

 

 

 

 

          La Maison de Jean Vidal à Saramon

Jean Vidal reconstruit des obélisques, des pyramides et des colonnes de temples, ou plutôt en dessine le squelette, l'idée même, dans l'espace, d'un trait de fer rehaussé d'une couleur primaire, primitive.

Il montrait il y a peu, au Frigo à Albi, des architectures récentes, plus neuves, plus "sorties d'usine", lisses et finies à la manière des œuvres minimalistes des années 60 et 70, des vertiges, expliquait-il, des hauts de ponts, de viaduc, de tours, qui trouvaient cependant leur place dans la petite salle du Frigo malgré leur caractère monumental.

Je suis plus sensible aux verticales rouillées, tordues ou mal redressées, aux pieux de bois recouverts il y a longtemps de peinture maintenant usée, rouge, bleue, jaune écaillé, qui peuplent avec affection sa maison familiale de Saramon.

Les dessins de fer de Jean Vidal y sont installés depuis l'extérieur et soulignent, encadrent, soutiennent, indiquent, conduisent dans la maison.

Depuis le bas, par les petits escaliers de pierre ou de bois, les volées de trois ou quatre marches, on grimpe dans une sensible installation, dans une œuvre totale signée Jean Vidal. Ses flèches archaïques, ses arbalètes inoffensives montrent le parcours vers le ciel, une pièce de bois des colombages extérieurs soulignée par une drôle de règle gradué de David Lachavanne le laissait deviner, il faut aller jusqu'au grenier pour trouver derrière la porte bleue, l'atelier de l'artiste.

L’ascension est douce, on ne fait pas d'effort, on croise des amis, des inconnus, la mère de Jean qui pose en starlette dans le studio familial, son père, enfant, ses oncles, ses tantes. La maison est habitée, la table est mise, on a ouvert les fenêtres pour que le soleil réchauffe les chambres, on est en vacances d'automne, c'est l'été de la Saint Martin.

Les transparences, les effacements d'Aline la discrète et toutes les œuvres de leurs amis jouent la même partition avec les images, les photos, les objets et toute la mémoire de la maison qui n'est pas devenue pour autant un musée (un musée est une forme de cimetière) ni un album de famille nostalgique. C'est un intime Lascaux dans lequel je ne suis pas étonné de rencontrer Giorgio Morandi, (autre enfant de Cézanne) endormi au coin de la table, couronné de l'une de ses natures mortes silencieuses.

                                                                         (Jacques Trouvé)